L’amour inconditionnel

Fév 22, 2020
Mandala amour Inconditionnel
Illustration : Dominique Cloutier

Aimer sans condition, est-ce vraiment possible?

Peut-être que la question serait plutôt: est-ce possible de s’aimer soi-même inconditionnellement? Puisque l’amour que nous avons pour soi-même est parfois teinté de jugements sévères qui viennent la plupart du temps de notre éducation, est-ce possible de se pardonner profondément et totalement pour nos erreurs du passé ou celles des autres et d’atteindre un niveau de paix profonde?

Le pardon n’est pas toujours facile. J’espère que l’histoire que je vais vous partager vous aidera à voir que c’est possible de le faire même si cela semble impossible.

En regardant des vidéos sur Facebook, je suis tombée sur le témoignage d’une femme qui a pardonné à un Allemand qui l’avait persécutée dans un camp de concentration pendant la Deuxième Guerre mondiale. Pendant le procès, elle finit par dire à son agresseur qu’elle lui pardonne, ce qui rend les gens perplexes autour d’elle. Elle finit par dire qu’en lui pardonnant, non seulement elle libère cet homme, mais qu’elle se libère de l’énergie négative et des émotions reliées aux événements traumatisants du passé pour qu’enfin elle puisse aujourd’hui vivre sa vie pleinement. En laissant derrière elle l’emprise de la haine et le ressentiment qui l’envahissait, elle a repris le pouvoir sur sa vie et a permis à l’homme de pouvoir évoluer aussi.

La plus grande entrave à l’amour inconditionnel est le jugement. Celui que l’on porte sur nous-mêmes et aussi sur les autres. Ce n’est qu’un reflet miroir en fait. Ce que nous percevons chez les autres nous habite à ce moment-là sinon on ne le verrait même pas. De là vient l’importance d’être le témoin silencieux qui observe nos pensées sans juger. La méditation devient notre meilleure alliée reste pour s’entraîner à le faire. 

Si notre regard sur les événements, les actions que l’on a portées, les paroles parfois blessantes que l’on a dites restent au premier niveau, nous sommes perdus d’avance. Et si avant de juger une personne, on se disait : «Sois certain(e) d’être parfait(e) avant de juger quelqu’un d’autre…», on ne jugerait jamais! Et si on se disait cette phrase à soi-même ?

J’image que l’on a tous subi les effets négatifs des jugements des autres à un moment donné ou à un autre dans notre vie. Ce que l’on voudrait dire à la personne est: je suis peut-être vulnérable et j’ai peur. J’agis avec la compréhension et les outils que j’ai en ce moment pour gérer la situation. Peux-tu voir cela? Peux-tu me pardonner mes maladresses? Souvent, c’est nous qui en sommes incapables.

L’amour inconditionnel n’est pourtant possible qu’à travers l’acceptation de cette vulnérabilité et des peurs qui nous traversent. Comprendre que c’est un chemin d’apprentissage et que l’on a droit à l’erreur comme l’enfant qui commence à marcher. Est-ce qu’on le juge quand il ne réussit pas? Ce serait comme associer les étapes d’apprentissage à de l’incapacité. 

Nous sommes des êtres lumineux remplis d’amour. C’est notre vraie nature. On a juste à regarder un enfant dans sa pureté. Nous sommes profondément purs comme dans notre enfance sauf qu’on ne le voit plus. On nous a fait croire que ce n’était pas le cas, que nous étions imparfaits, incomplets et aimés à condition que… On a pris comme la réalité, les limitations des gens qui nous ont élevés. Je dirais parfois plutôt: descendus.

Pour ma part, quand je rencontre une personne, ce qui me rapproche d’elle c’est surtout son acceptation de la personne que je suis dans ma totalité. En étant fondamentalement semblable, je veux aussi être appréciée dans mon unicité. Cela est vrai autant en amour qu’en amitié. Et si on avait ce regard compatissant envers soi-même avant tout, le point de départ qui nous permettra ensuite d’avoir la même compassion envers les autres? On n’attendrait plus que cela vienne de l’extérieur, des autres. On se le donnerait à soi-même. 

Pour savoir si on s’est vraiment pardonné, voici un indicateur très efficace: observez vos pensées et si vous vous surprenez à juger quelqu’un, il est fort possible que ce soit en vous que le pardon n’a pas été fait. Regardez-vous dans le miroir et chaque jour donnez-vous l’amour qui vous a manqué. Entourez-vous de la douceur et de la compassion de l’énergie d’amour inconditionnel d’une mère aimante et attentive.

Je souhaite que vous puissiez tous atteindre un état de plénitude et d’amour radieux en votre être en vous. Inspirez-vous de mon mandala. Il a été créé dans cet amour. Celui de ma mère et celui de toutes les mères. La mère-terre si généreuse aussi!!

 

Amour, amour, amour.

Namaste

 

acceptation, amour, douceur, paix, compassion

www.universmandala.com

1 Commentaire

  1. Sophie De Hamel

    Je suis totalement en accord!!

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *